EGAUX DEVANT L'IMPÔT ?

Publié le par Section PCF - Rosny

EGAUX DEVANT L'IMPÔT ?

 Le budget 2014 taxe les ménages et assiste les riches Alors que le pouvoir d'achat stagne, les familles vont subir cette année encore un véritable matraquage fiscal. Le gouvernement maintient le gel fiscal décidé sous Sarkozy contre lequel toute la gauche s'était mobilisée. Résultat, en 2 ans, l'ensemble des salariés voient leurs impôts augmenter et ce sont deux millions de contribuables nouveaux qui vont payer l'impôt sur le revenu.
Prendre dans la poche du peuple... Effet boule de neige, ces dernières familles perdront, maintenant, toute une série d'aides qui contribuaient à les maintenir la tête hors de l'eau. A cela s'ajoute, la suppression pour deux millions de personnes seules ayant élevé un enfant d'une demi-part, un nouveau rabotage du quotient familial, la suppression de la réduction d'impôt  pour enfants scolarisés dans le secondaire et dans le supérieur, l’augmentation des cotisations sociales et l’alourdissement du poids de la fiscalité locale. Et le 1er janvier, la TVA, cet impôt particulièrement injuste, passera de 19,6 à 20% et sur le taux intermédiaire de 7 à 10%
    

... pour donner aux riches...

 Les entreprises auront reçu cette année 55 milliards d’aides publiques. Soit 20 milliards au titre du Crédit Impôt Compétitivité Emploi, 5 milliards au titre du Crédit Impôt Recherche et 30 milliards au titre des exonérations de cotisations sociales, que l’État réinjecte dans les comptes de la sécurité sociale en puissant dans ses recettes propres. Et au budget 2014, aucun impôt supplémentaire n’est prévu pour les entreprises. Si on y ajoute les 50 milliards versés par l’État au titre du remboursement des intérêts de la dette, soit l’équivalent du budget de l’éducation nationale, on atteint un montant de plus de 100 milliards, soit 1/3  des recettes fiscales directement versées dans la poche des actionnaires et autres prédateurs financiers.Dans la logique de Bruxelles de réduction du déficit public pour soutenir les marchés financiers, les hausses fiscales pratiquées par le gouvernement ont une dimension anti économique et anti sociale. Non seulement les recettes nouvelles sont dirigées vers la finance mais leur prélèvement ruine la consommation des ménages, ralentit la croissance et tarit la base fiscale qu’est la production de richesses. La croissance en 2013 sera à nouveau atone et les recettes fiscales même en augmentant les taux et le nombre d’impôts ou de taxes ne permettront pas d’encourager une relance réelle.

 

Une réforme fiscale, pour mieux répartir la richesse et orienter sa production Une réforme fiscale est impérative pour combattre les inégalités, pénaliser la croissance financière des capitaux, les délocalisations. Et à contrario, encourager les comportements favorables à la croissance de l'emploi et des richesses réelles. Redistribuer et impulser un nouveau mode de production des richesses, tel est le sens d’une réforme fiscale, levier d’une relance ayant en son cœur la refonte du système bancaire et de la politique du crédit. Elle s’appuierait sur les mesures suivantes:

►un impôt sur le revenu de type universel à taux et au nombre de tranches relevés ;

►un impôt sur les sociétés progressif et modulé selon l’affectation des bénéfices. ►un nouvel impôt territorial (Taxe professionnelle) assis sur le capital des entreprises, taxant leurs placements financiers

►un Impôt Sur la Fortune au barème progressif rehaussé, intégrant les biens professionnels modulés en fonction des efforts consentis en matière d’emplois et de formation.

►Un recul de la pression fiscale sur la consommation (TVA, TICPE actuellement 60% des recettes fiscales)

►Une réforme de la fiscalité directe locale passant par une véritable révision des bases d’imposition et le plafonnement de la taxe d’habitation.

 Alors non, il n'y a pas trop d'impôts. Ils sont répartis injustement. Pour plaire au Medef et à Bruxelles, le gouvernement épargne les puissants, taxe les salariés et les familles, taille dans les services et les dépenses publics utiles aux pays et aux habitant-es. Bien loin d'ouvrir une issue à la crise, il enfonce le peuple dans les difficultés. On attendait autre chose d'un gouvernement de gauche !

 

 

Commenter cet article