Femmes contre l'austérité manifestation le 9 juin à 14H à Paris

Publié le par Section PCF - Rosny

Pour transformer nos vies,  

  LES FEMMES (re)prennent les Tuileries!

Manifestation le 9 juin à 14H Place du Palais Royal à Paris

Métro Tuileries

Femmes debout contre l’austérité :  

     nous refusons de trinquer !

L'austérité se traduit par la baisse des dépenses publiques, ce qui a de nombreuses conséquences négatives pour les femmes. Notamment des régressions dans le domaine de la santé avec la diminution des remboursements des médicaments, l'accélération des fermetures de maternités et de centres IVG.
L'austérité, c'est aussi des conséquences sur la stagnation des structures d’accueil de la petite enfance si indispensables et tant promises par le gouvernement. Salariées et utilisatrices des services publics, les femmes sont au cœur de ces choix politiques dévastateurs.
L'austérité, c'est aussi les menaces qui pèsent sur le devenir des allocations familiales, un  pouvoir d'achat  en berne avec la flambée des prix (essence, transports, énergie, loyers…)
Les femmes cumulent stagnations des salaires et inégalités salariales. Les pré- visions concernant une nouvelle réforme des retraites ne risquent pas d’améliorer leurs situations, elles pour qui les inégali- tés en matière de pension ne sont plus à démontrer.
L'accord national interprofessionnel (ANI) signé par les organisation patronales et trois organisations syndicales salariées qui met les femmes en grand danger (explosion du temps partiel imposé, du travail précaire, licenciements facilités…) dans un contexte où le taux de chômage des femmes remonte de façon inquiétante.

Cet accord autorise l’utilisation du chantage à l’emploi pour imposer la diminution des salaires. S’il était voté au parlement, il faciliterait les licenciements et validerait l’utilisation du temps partiel comme variable d’ajustement à l’activité des entreprises.
Complétons ce décor en rappelant l’augmentation dérisoire du Smic, les plans de licenciements boursiers, sans oublier les menaces qui planent sur la Sécurité Sociale, les indemnités de chômage, les allocations familiales et le système des retraites. Les inégalités se creusent.
D'autant que dans le même temps, le patronat se voit accorder 20 milliards d'euros d'exonérations de cotisations sociales. Et cela, au nom du pacte de compétitivité.

    Les profits s’envolent et les riches deviennent toujours plus riches !
Le tableau est noir, le peuple de gauche n’a pas voté pour cette politique-là.
Même les maigres mesures annoncées par le Ministère des droits des femmes vont se cogner au mur de l'austérité.
Il faut rompre avec la logique du fric pour le fric. Nous refusons de nous résigner à voir le gouvernement Ayrault/ Hollande répondre aux intérêts du patronat plutôt qu'aux besoins du plus grand nombre.
Nous militons pour un changement radical et profond, en faveur d'une véritable politique de gauche. Justice sociale, égalité entre les femmes et les hommes, émancipation humaine doivent être les moteurs des changements à opérer.
Ensemble, nous avons chassé Nicolas Sarkozy et sa politique dévastatrice, pour que d’autres choix soient opérés.
Il y a urgence ! D'autant que la droite et l'extrême droite sont mobilisées, restant en embuscade. L'heure n'est pas  à la résignation mais à l'offensive.
Nous voulons poursuivre et amplifier le rassemblement du 5 mai, cette belle ma- nifestation festive, inter-générationnelle, appelant à une VIème république.
Le 9 juin, nous appelons toutes les femmes à manifester leur colère mais également leurs espoirs.
Le 9 juin, nous appelons les Femmes et les Hommes à défiler ensemble afin de gagner de véritables changements pour l’ensemble de la société.
Le 9 juin, cette Marche des femmes contre la précarité partira des Tuileries à14 heures pour rejoindre la République, exprimant de manière symbolique que nous voulons mettre fin aux privilèges et ouvrir une alternative à gauche.

 

Signez et diffusez l'appel:

http://www.femmescontreausterite.com/juste/

 

 

 

Commenter cet article